Atelier: ‘intersectionnalité’ et pratiques anti-oppressions

By June 29, 2017 Atelier

Dans certains de ses travaux, le CRAC a discuté de l’existence d’une culture politique qui définit l’anarchisme contemporain. Un des éléments-clés de cette culture est la prise de position contre toutes les formes d’oppression, d’exploitation et de domination, c’est-à-dire la compréhension que ces systèmes interagissent ou s’imbriquent pour créer des conditions de vies et des prédispositions sociales qui sont stratifiées. Mais…

  • Comment peut-on véritablement appliquer ces principes dans nos pratiques militantes en dépassant la simple énumération des oppressions sous forme de liste d’épicerie?
  • Comment réussir à bien expliquer les réalités sociales qui sont vécues aux intersections ou aux points de jonction des oppressions?
  • Comment rendre le langage utilisé pour expliquer ces principes et pratiques plus accessibles?
  • Comment dealer avec les émotions qui sont suscités par des réflexions liées aux dynamiques de pouvoir, au privilège et à l’oppression? (ex. déni, être sur la défensive, culpabilité, colère, etc.)

Nous vous proposons ci-dessous des  pistes de réflexion qui émanent de nos recherches, particulièrement des données recueillies auprès de féministes antiautoritaires impliqué.es dans les réseaux queers radicaux, anti-racistes et anti-coloniaux.

Leave a Reply