Judith Butler et le féminisme postmoderne : analyse théorique et conceptuelle d’un courant controversé

By July 21, 2011 Bibliothèque

Audrey Baril, “Judith Butler et le féminisme postmoderne : analyse théorique et conceptuelle d’un courant controversé”, mémoire présenté à l’Université de Sherbrooke, novembre 2005.

Au tournant des années 1990 naît, dans le sillon d’autres courants féministes critiques à l’égard du féminisme, le courant féministe postmoderne. Ce dernier qui, déjà à l’époque, ne fait pas l’unanimité demeure encore, quinze ans plus tard, tout autant contesté. Bien que la controverse qu’il suscite lui donne une visibilité sur la scène internationale, le féminisme postmoderne demeure néanmoins méconnu dans les milieux universitaires et intellectuels québécois.

Cette recherche a donc pour objectif d’analyser de façon détaillée ce qui caractérise le féminisme postmoderne et d’étudier de plus près la controverse qu’il provoque. La question centrale de ce travail est la suivante : le féminisme postmoderne est-il utile pour le féminisme défini comme un mouvement théorique et politique visant à éliminer les rapports inégalitaires entre les hommes et les femmes ?

Pour tenter de répondre à cette question, ce mémoire est réparti en quatre chapitres. Le chapitre 1 vise à définir les termes utilisés dans cette recherche et a comme finalité d’expliciter ce qui constitue les contours d’une philosophie féministe postmoderne. Il est divisé en trois sections. La première a pour but de fournir une définition minimale du féminisme qui sera utilisée comme point de référence pour répondre à la question centrale du mémoire. La deuxième section explore brièvement les théories postmodernes, tant sur le plan philosophique, épistémologique, social que politique, en vue de mieux comprendre les fondements mêmes du courant féministe postmoderne. La troisième section, enfin, cherche à définir ce courant féministe à travers des définitions générales et l’analyse de cinq paires de concepts clés au féminisme postmoderne.

Le chapitre 2 veut être un approfondissement des théories féministes postmodernes à travers l’analyse de la pensée de Judith Butler, une théoricienne dont le nom revient comme un véritable leitmotiv dans le corpus littéraire du courant féministe postmoderne. Il est également divisé en trois sections. La première a pour but de présenter Judith Butler et de justifier le choix de cette auteure parmi un nombre important de théoriciennes. La seconde section s’attarde d’une façon générale à ses thèses féministes et philosophiques et analyse ensuite, dans une perspective butlérienne, les cinq paires de concepts clés du féminisme postmoderne, tout en ouvrant sur sa politique féministe. La dernière section met en lumière la controverse autour de l’oeuvre de Butler en examinant les critiques qui lui sont faites et les réponses que Butler élabore pour les contrer.

Le chapitre 3 cherche à comprendre les incidences concrètes de l’utilisation des théories féministes postmodernes en vue de répondre à la question initiale de ce mémoire, en les appliquant à un cas précis, celui de la discussion prostitution/travail du sexe. Il permet de mieux saisir les arguments du courant féministe postmoderne en faveur d.une décriminalisation totale du travail du sexe ainsi que la position de Butler au regard de ce phénomène. Il est aussi divisé en trois sections. La première brosse un portrait global des relations entre le féminisme et la prostitution, quantifie et met en perspective les différentes industries du sexe et présente les types possibles de législation vis-à-vis la prostitution. La seconde section s’intéresse au positionnement des courants féministes dans le débat prostitution/travail du sexe. Elle s’attarde particulièrement à l.option néoabolitionniste, représentée par exemple par les féministes radicales et matérialistes, ainsi qu’à l’option pro-travail du sexe, exprimée notamment par les féministes postmodernes. La troisième section soulève les défis et questionnements qu’amène cette discussion pour le féminisme.

Le chapitre 4 a pour objectif d’exposer les arguments du débat qui oppose les féministes postmodernes et leurs détractrices et détracteurs, à travers leurs critiques réciproques. Il est divisé en trois sections. La première présente les principales critiques des personnes s’opposant au féminisme à postmoderne, qui refusent d’être considérées de manière unilatérale et qui accusent leurs adversaires de reconduire certaines formes de domination dans leur courant tout en leur reprochant l’inefficacité politique de leurs théorisations. La deuxième section permet de présenter le point de vue des féministes postmodernes, afin qu’elles puissent répliquer à ces critiques. Dans cette partie, elles cherchent à mettre en lumière le caractère hétérogène de leurs théories, à prouver l’utilité de leur pensée et elles critiquent à leur tour leurs adversaires. La dernière section espère ouvrir le débat sur de nouvelles perspectives féministes, en explicitant les grandes lignes de certaines pratiques politiques féministes alternatives et en exposant, à la suite de théoriciennes reconnues, les notions de féminisme à la carte et de féminisme « transmoderne».

Leave a Reply